Découverte des guêpes et des abeilles

Découvrez les merveilles de la nature, parfois dangereuses, elles sont souvent essentielles au fonctionnement des écosystèmes.

Les Guêpes

 

 Elles ont souvent très mauvaise réputation et pourtant il y a de nombreuses raisons d’aimer (ou du moins d’apprécier) les guêpes, la principale étant qu’elles aident à maintenir les populations d’insectes, d’araignées et de cloportes à distance. En tant que prédateurs, elles se trouvent au sommet de la chaîne alimentaire et sans elles, les réseaux alimentaires s’effondreraient. On recense aujourd’hui plus de 200000 espèces de guêpes à travers la monde.

 

Il existe deux types communs de guêpes :

La guêpe sociale construit un nid en utilisant de la pâte de bois, de la boue, des sécrétions végétales et des sécrétions des guêpes elles-mêmes. De nombreux matériaux sont collectés pour construire le nid qui est souvent entouré d’une couche protectrice. L’emplacement du nid varie d’une espèce à l’autre. Les guêpes jaunes préfèrent nicher dans les arbres et les arbustes. D’autres guêpes aiment nicher dans des cavités du sol, des espaces sous les maisons, des cavités murales ou dans des lofts. Les guêpes sociales vivent toutes ensemble dans le nid.

Les guêpes solitaires vivent seule après l’accouplement. Elles ne construisent qu’ un nid pour le bénéfice de sa propre progéniture. Certaines guêpes solitaires peuvent nicher en petits groupes, mais chaque guêpe est responsable des soins à apporter à sa progéniture. Elles peuvent également construire des nids communs et chaque insecte aura sa propre cellule. La plupart des guêpes solitaires adultes passent leur temps à préparer des nids et à chercher de la nourriture.

 

 

 

Quelques espèces de guêpes

LA GUÊPE COMMUNE

 

La Vespula vulgaris (la guêpe commune) niche sous terre et dans les cavités des arbres et des bâtiments. En plus de causer des piqûres douloureuses aux humains, elles sont en compétition avec d’autres insectes et oiseaux pour les proies et les sources de sucre. Elles se nourrissent également de cultures fruitières et fouillent les poubelles et les aires de pique-nique. Cette espèce a été désignée comme l’un des 100 pires envahisseurs au monde.

Les marques distinctives de cette espèce sont :

  • une marque noire derrière les yeux qui se trouve sur le côté de la tête 
  • des bandes jaunes et noires sur l’abdomen qui sont presque parallèle

 

La guêpe maçonne (Sceliphron)

 

Cette famille recense 35 espèces connues qui sont relativement uniformes dans leur morphologie et leurs habitudes. Toutes les espèces étudiées font des nids de boue autonomes, chacun composé de plusieurs cellules. Dans des conditions abritées, les nids distinctifs persistent vraisemblablement sans changement depuis des années. La guêpe mère stocke à l’intérieur des cellules des araignées comme nourriture pour la couvée. 

FRELON À TÊTE BLANCHE OU LE FRELON CHAUVE

 

 

Les frelons chauves ressemblent beaucoup à leurs cousins jaunes, avec un corps noir et blanc et des marques blanches bien visibles sur la tête. Malgré leur nom ces insectes sont des guêpes.

Leurs nids aériens sont gris et ressemblent à du papier, mais ils sont fermés à l’inverse des nids coniques et ne possède qu’une seule entrée, Les nids sont généralement situés en hauteur dans les arbres, sur les toits des maisons, au plafond des terrasses mais aussi dans d’autres structures….

 

 

LES ABEILLES

Les abeilles pollinisent un tiers de tout ce que nous mangeons et jouent un rôle essentiel dans la préservation des écosystèmes de la planète. 84 % des cultures destinées à la consommation humaine, soit environ 400 types de plantes différentes, ont besoin des abeilles et d’autres insectes pour les polliniser afin d’augmenter leur rendement et leur qualité. Il s’agit notamment de la plupart des fruits et légumes, de nombreuses noix et de plantes telles que le colza et le tournesol qui sont transformées en huile, ainsi que des fèves de cacao, du café et du thé. Les cultures destinées au fourrage des vaches laitières et d’autres animaux d’élevage sont également pollinisées par les abeilles. Et il n’y a pas que les cultures vivrières qui dépendent de la pollinisation par les abeilles, le coton aussi. Près d’une espèce d’abeille sauvage sur dix en Europe serait menacée d’extinction !

Il existe une multitude d’espèces d’abeilles, nous allons vous présenter les plus commune ci dessous.

 

Quelques espèces d’abeilles

 

LES ABEILLES DOMESTIQUES

 

 Ces insectes sont considérés comme des pollinisateurs clés au sein de leur écosystème (et pour l’agriculture aussi) ; il est préférable de déplacer ces abeilles plutôt que de les tuer. Contactez un apiculteur professionnel, et non un exterminateur, pour obtenir de l’aide à ce sujet. 

Une ruche, cependant, doit être traitée surtout si elle n’est pas sous le contrôle d’un apiculteur ou si elle est trop proche (ou à l’intérieur !) d’un foyer. Si vous voulez vous débarrasser d’une colonie d’abeilles, un exterminateur n’est pas la meilleure solution. Contactez plutôt un spécialiste de l’élimination des abeilles qui pourra capturer la reine et faire bon usage de la colonie. Pour un expert qualifié, les colonies d’abeilles peuvent être rapidement enlevées et ensuite déplacées pour travailler comme pollinisateurs des cultures. Les abeilles domestiques piquent rarement, sauf si elles sont provoquées, généralement si elles sentent que la colonie est menacée et lorsqu’elles le font, elles attaquent en grand nombre. Contrairement à la plupart des autres insectes de cette liste, les abeilles domestiques ne peuvent piquer une cible qu’une seule fois et elles meurent peu après. Ces piqûres injectent un poison qui peut provoquer de graves réactions, en particulier lorsqu’une personne subit plusieurs piqûres.
Veuillez noter que la situation des abeilles domestiques en Amérique du Nord et en Europe est particulièrement grave. Ces dernières années, les ruches ont été touchées par le syndrome d’effondrement des colonies, qui dépeuple gravement les ruches commerciales et naturelles au point que certaines ne peuvent pas survivre. Lorsque ces déclins de population frappent les ruches commerciales, la production agricole peut également être sévèrement freinée. Les scientifiques ont eu du mal à déterminer la cause exacte du CCD, bien que plusieurs théories soient en cours d’exploration. Parmi celles-ci, on peut citer l’utilisation excessive de pesticides et de fongicides synthétiques, l’affaiblissement du système immunitaire des abeilles, le changement climatique, l’augmentation des attaques parasitaires et les effets des cultures génétiquement modifiées sur les abeilles. Quelle que soit la raison du CCD, il est absolument vital de permettre aux ruches d’abeilles de rester en bonne santé et de se développer – veuillez éviter d’utiliser tout pesticide sur elles. Si vous avez une ruche d’abeilles nuisibles dans votre région, demandez l’aide d’un apiculteur professionnel. Ne les exterminez pas !

ABEILLE AFRICANISÉE (Apis mellifera scutellata)

 

Importée au brézil depuis la Namibie au lieu du 20ème siècle, pour accroître la production de miel. L’abeille africanisée est issue d’un croisement entre l’abeille africaine et les abeilles d’ Amérique du sud.  Cette abeille serait plus résistante au température tropical et serait l’une des plus agressif. Elles sont capable de mener une attaque sur plusieurs kilomètres et pendant plusieurs heures. Ces abeilles ont envahi la côte ouest des Etats-unis, et sont les plus fréquents en Amérique du sud. Comme les abeilles européens, les abeilles africanisées meurent peu de temps après avoir piquées. Ces abeilles mesurent entre 10 et 20 millimètres de long et possèdent des rayures noires.

 

 

 

 

 

L’ABEILLE CARNIOLIENNE (Apis mellifera carnica)

 

Cette abeille est une sous-espèce de l’abeille domestique d’Europe occidentale.

Elle est de la même taille que l’abeille italienne  (Apis Mellifera Ligustica), se distinguant par sa couleur généralement gris brun foncé, avec des rayures marron plus claires.

Originaire de Slovénie, elle s’est dispersé naturellement  en Autriche,  en Hongrie, en Roumanie, en Croatie, en Bosnie-Herzégovine et en Serbie. Elle a été introduit par l’homme dans d’autres pays ou continents, comme le Canada, les États-Unis et l’Amérique du Sud.

De nos jours, cette sous-espèce est très populaire parmi les apiculteurs et fait concurrence à l’abeille italienne pour sa production importante de miel et pour sa résistance aux maladies qui peuvent affaiblir d’autres espèces. La principale caractéristique de cette abeille est qu’elle est  facile a apprivoiser.  

L’ABEILLE ITALIENNE (Apis Mellifera Ligustica)

 

L’ abeille italienne : Légèrement plus petite que la Mellifera, avec un abdomen mince et des langues relativement longues (6,3 à 6,6 mm). La couleur de l’abdomen s’éclaircit au niveau du sternum, ainsi que dans les deux à quatre premières  bandes jaunes sur leurs parties avant. Un peu moins calme que l’abeille Carniolienne elle reste toutefois facile a apprivoisé.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!